Puisage de l'eau, comment optimiser vos dépenses ? | NAODT Puisage de l'eau, comment optimiser vos dépenses ? | NAODT

Puisage de l’eau, comment optimiser vos dépenses ?

Quelle excellente idée que d’installer sur votre terrain votre propre source d’eau ! Que ce soit par un puits, une source ou encore un point de captage, dans tous les cas vous avez ici un excellent moyen de réduire vos factures. Sauf qu’il y a économie et économie. Avec les soucis écologiques de plus en plus persistants, bien que vous soyez déjà plus ou moins dans une démarche soucieuse de l’environnement, certaines questions persistent, notamment celles du gaspillage, sans parler des diverses contraintes auxquelles vous serez soumis avec ce type d’installation. Nous en faisons le tour dans l’article suivant.

Un puits, pourquoi pas ?

Vous pensez qu’avoir un puits sur son propre terrain est la solution la plus adaptée pour avoir de l’eau en continu et en quantité illimitée ? Bravo, vous avez tout juste ! En décidant de récupérer de l’eau d’une nappe phréatique plutôt qu’à partir d’un réseau d’eau potable, vous misez sur des avantages écologiques, économiques, mais aussi géothermiques.

Explications. Il est sans doute inutile de rappeler à quel point l’eau est essentielle à la vie. L’Homme, rien que pour sa consommation, en boit près de 2 litres par jour, l’utilise pour son hygiène ainsi que des besoins de cuisson. Si l’on estime la consommation moyenne de chaque individu à 10 litres d’eau par jour, il est facile d’envisager à quel point la facture d’eau par ménage sera élevée à ce rythme. Par ailleurs, le système d’alimentation d’eau potable municipale peut être très chère, sans oublier les pannes.

En possédant votre propre puits, vous disposerez d’une source illimitée et gratuite d’eau. Si vous souhaitez en faire votre principale source d’eau potable, vous n’aurez qu’à régler quelques frais pour l’installation d’un système destiné à pomper, mais aussi à filtrer votre eau. Vous aurez beau augmenter votre consommation en eau, cela n’impactera aucunement vos factures, tout en bénéficiant d’une eau particulièrement qualitative. Il faut également préciser qu’un puits ne demande que très peu d’entretien !

Le thermostatique en complément du puisage pour éviter de gaspiller

Si vous pouvez économiser plus de 20% d’énergie grâce au puits, il ne convient pourtant pas d’en oublier les bonnes habitudes et de tomber dans le gaspillage. Rien que pour une douche classique, vous dépensez en moyenne 20 litres d’eau, voire plus avec les interminables réglages de température.

La cartouche thermostatique pour la douche est un moyen efficace pour garder la même température tout au long de votre toilette et éviter donc de gaspiller de l’eau. La cartouche thermostatique permet par ailleurs une bonne régulation du débit d’eau, un excellent moyen d’éviter le gaspillage. N’hésitez pas à vous renseigner pour en savoir plus sur le thermostatique. Une autre solution serait aussi d’envisager de prendre des douches plutôt que des bains. Les bains représentent d’importants facteurs de dépense en eau.

C’est là tout l’avantage avec le thermostatique. Parmi ses nombreux avantages, il offre des possibilités d’installation pour pallier tous les cas de figure et optimiser ainsi votre usage quotidien de l’eau.

L’eau de votre puits peut aussi servir à arroser vos plantes, laver votre voiture, faire votre lessive ou encore alimenter vos w.c.. Dans un cas comme l’autre, pensez à maîtriser le débit de l’eau avec du matériel adapté.

Quelles difficultés peuvent survenir avec le puisage de l’eau ?

optimiser puisage de leauBien que cette solution soit très avantageuse, certains risques et difficultés ne sont certes pas à écarter. Il s’agit notamment de la baisse de la nappe phréatique. Il faut savoir que cette eau puisée provient de la nappe phréatique, des eaux majoritairement souterraines et dont le niveau peut monter ou descendre selon la quantité de pluie, mais aussi selon la fréquence et la quantité d’eau consommée localement.

Si la quantité d’eau puisée est supérieure à la quantité d’eau obtenue grâce à la pluie, la nappe phréatique risque sérieusement d’être en baisse, ce qui peut alors provoquer l’assèchement du puits, mais aussi la contamination des eaux restantes. Pour éviter que cela ne se produise, on peut envisager de réduire la consommation et la quantité de puisage, si on utilise un système de pompage. Vous pouvez également créer un système de stockage, afin de prévenir les saisons où les pluies seront plus rares, et où la nappe phréatique sera donc moins riche.

Un autre problème récurrent avec l’eau de puits : la contamination. De nombreux facteurs peuvent provoquer la contamination de l’eau d’un puits :

  • par déversement de produits polluants sur le sol (carburant, pesticides, etc.),
  • fuite de déchets sous terrains (fosse sceptique, eaux usées, ou encore des décharges),
  • mauvais entretien,
  • déchets jetés dans le puits, etc.

Pour toutes ces raisons, il est d’usage de réaliser des analyses de l’eau de votre puits, avant même d’envisager de l’utiliser à des fins domestiques, encore plus si c’est pour la consommer. Ces analyses et examens permettront de déceler toute présence de pesticides, bactéries ou autres contaminants pouvant être nocifs à la consommation et à l’usage domestique, et ce même si vous n’envisagez que de faire la vaisselle avec.

D’ailleurs, depuis le 1er janvier 2009, la réglementation sur les puits est de plus en plus stricte. Il faut par ailleurs déclarer auprès de votre mairie votre désir de creuser un puits à usage domestique sur votre terrain. Que ce soit pour cuisiner, pour votre hygiène ou encore pour vos travaux d’arrosage et d’entretien de jardin, vous ne devrez alors pas excéder les 1000m3 d’eau puisée par an. Par ailleurs, si votre puits est profond de plus de 10m, une analyse au préalable de l’eau ainsi qu’une déclaration à la Direction d’Action Sanitaire et Sociale (DASS) vous sera exigée.

Comment éviter que l’eau de votre puits ne soit contaminée ?

Les effets de la consommation d’eau infectée peuvent être importants sur la santé : diarrhée, hypertension, etc. Pour ne pas souffrir de ces troubles, évitez à tout prix que tout autre liquide ou déchet ne soit en contact direct ou indirect avec votre puits, ainsi que votre système de puisage. Il faut aussi éloigner le plus loin possible de votre puits tout enclos à chien. De même, si vous cultivez les terrains avoisinant le puits, il est fortement conseillé de ne pas recourir à des produits chimiques (engrais, pesticides) à proximité. Enfin, il est totalement interdit de jeter tout produit chimique pouvant être toxique dans vos toilettes.

Twitter
Visit Us